Faut il une Direction de l'Innovation ?

S'il y a une question récurrente qui revient chez les dirigeants avec lesquels nous échangeons, c'est bien la question de l'utilité, et de la mission d'une Direction de l'Innovation.

"The time it takes for a generation to die" : Qualité, Innovation l'histoire se répète !

Pendant des années, la notion de qualité fut synonyme d'inspection et de contrôle.
Dès 1960, les entreprises japonaises mettent en place le concept de gestion intégrale de la qualité (pourtant élaboré aux USA), et lui ajoute la notion de participation de tous les acteurs de l'organisation, grâce aux cercles de qualité.
Il faudra plus de 2 décades pour que les entreprises occidentales, secouées par les performances de l'industrie japonaise (notamment automobile), réagissent et se lancent dans cette transformation profonde de la façon de travailler.

Interrogé au sujet de la durée minimale d'un projet d'entreprise pour mettre en place une approche de qualité totale dès la conception des produits, William Edwards Deming un des pères de cette révolution aux US, répondait en 1950 :

> "Whatever the means , it will take 30 years"

Devant l'insistance de l'auditoire

> "but why so long ?"

Il répondit lapidairement :

> "Because it is the time it takes for a generation to die !"

L'histoire lui donna hélas totalement raison

 

Malheureusement, les principes élaborés et mis en oeuvre par Juran, Deming, Taguchi, souvent mal compris, déformés, furent victimes dans un premier temps d'un engouement souvent caricatural, et rapidement détourné en des contraintes bureaucratiques (systématisation de l'ISO 9001).
Pire, quand une direction qualité était créé, on y affectait rarement les cadres les plus brillants, ce qui fini de condamner cette révolution pourtant salvatrice dans beaucoup de secteurs.

La globalisation de l'économie vers des pays producteurs émergents n'ayant pas intégrés ces principes fait d'ailleurs cruellement ressurgir les préoccupations qualité que nous avions connues vers la fin du XXeme Siècle.

Cette révolution qualité , quand elle fut bien comprise (relation étroite avec les fournisseurs, avec les clients, décloisonner l'entreprise, mobiliser l'intelligence de chacun, contribuer à l'éducation, la formation), portait en elle tous les ingrédients de l'entreprise innovante.

Il n'est donc pas surprenant de constater que les champions de la qualité d'hier, sont souvent les nouveaux leaders de l'Innovation d'aujourd'hui.

On peut par exemple lire dans la Vision de Toyota :

...
Through our commitment to quality, constant innovation
and respect for the planet, we aim to exceed expectations
and be rewarded with a smile.

We will meet our challenging goals by
engaging the talent and passion of people,
who believe there is always a better way.

 

 

Qualité, Innovation savoir retenir les leçons du passé !

L'entreprise qui abordera l'innovation de façon aussi caricaturale que le fut parfois la démarche qualité, ne risque pas d'engranger beaucoup de succès.

Pour reprendre le sujet de la création d'une Direction de l'Innovation, s'il s'agit de nommer un Directeur Innovation, de préférence médiocre, sans équipe, sans budget, sans accès au top management, il y a aucune chance que l'entreprise mute en une championne de l'innovation.

En repartant du principe que çà n'est pas l'entreprise qui innove mais les personnes qui y travaillent, la création d'une direction de l'Innovation doit se faire afin de créer la "Fonction Innovation" dans l'entreprise. Cette fonction viendra en support des départements impliqués dans l'innovation, un support sous forme de ressources : finance, informations, compétences spécifiques, liaison, coordination, écoute des idées des opérationnels.

La Fonction Innovation, transforme l'ensemble de l'entreprise en une entreprise innovante :

  • Un accès au plus haut niveau de l'entreprise, afin d'assurer l'alignement de la stratégie d'innovation avec la stratégie d'entreprise.
  • Une ouverture sur l'extérieur, garantie d'une vision pointue de l'environnement, d'une connaissance des partenaires extérieurs qui pourraient être impliqués ou venir en support.
  • Une implication et des moyens en interne, pour coordonner, décloisonner, informer, stimuler, former ..
  • Un rôle jusque dans l'exploitation afin d’évaluer les résultats, d'assurer la capture de la valeur.
  • Boucler la démarche avec un reporting auprès des décideurs.

L'histoire a montré que les Directions Qualité ont souvent été perçues comme des fonctions contraignantes, et furent ainsi fréquemment rejetées, marginalisées.
Fort de cette expérience, si l'on décide de créer une fonction Innovation, il est important de la staffer, et de définir sa mission, et ses moyens afin d'assurer qu'elle contribue positivement à éclairer et faciliter la tâche de tous les services de l'entreprise.

Mais une fois encore, ceci ne sont que des pistes de réflexion qu'il convient d'approfondir en fonction des profils d'entreprise.
On ne saurait énoncer une organisation universelle. Comme pour les autres aspects de la stratégie d'innovation, il convient de les ajuster en fonction de la taille, de l'environnement, des ambitions et des moyens disponibles.


Dans le cadre de ses missions de mise en place d'une stratégie d'Innovation, INDEVOLUTION, examine avec vous les options d'organisation pour déterminer les plus pertinentes, en fonction du profil de l'entreprise. Pour les entreprises les plus petites qui ne peuvent supporter le coût à plein temps d'une "Direction Innovation" cette fonction, comme catalyseur / facilitatrice du processus d''innovation peut d'ailleurs être supportée par un conseil extérieur comme INDEVOLUTION, avec une périodicité adéquate.